Le Guide Ultime du Marketing Digital - Yann Leonardi
478
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-478,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Le Guide Marketing Digital

Le périmètre du marketing digital (ou marketing numérique) s’étend à l’ensemble des activités de marketing utilisé sur internet et passant par des canaux digitaux pour atteindre des prospects et les transformer en clients.
Voilà le type de définition que l’on peut retrouver partout sur le web, cependant cette définition est incomplète, le marketing digital d’aujourd’hui va bien au-delà, et il semble que c’est bien « au-delà » qu’apparaît la plus grande diversité de leviers de croissances.

Tout au long de ce blog, je m’efforce d’être le plus honnête possible afin de retranscrire au mieux mon expérience personnelle dans le marketing digital.
En évitant les articles creux, sans enseignements, qui ne font qu’effleurer des méthodes ou concepts sans les confronter à des applications directes, et au nerf de la guerre : le profit final de l’activité.

Les piliers du marketing digital :

SEO

Content Marketing

Inbound marketing

Affiliation

Qu’est ce que c’est le marketing digital exactement ?

Il était une fois le marketing, selon la définition de l’American Marketing Association, il s’agit de “l’activité, l’ensemble des institutions et les processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger des offres qui ont de la valeur pour les clients…»
Il semblerait donc que le marketing comme on l’entend, se résumait à ses débuts à diffuser une proposition de valeur à une audience dans le but de vendre un service ou un produit.
En somme il s’agissait principalement d’acquisition.

À mesure que que les outils numériques ont fait leur apparition, il a été de plus en plus possible de tracker les résultats de chaque action marketing, et de suivre le comportement du client ou du prospect dans son parcours d’achat…. Et même au-delà.

La possibilité de segmenter les audiences, et pour chacune d’entre elles, étudier avec précision leur évolution dans un funnel de conversion. Puis de connaître leur rétention, leur impact sur le revenu final, etc.…

De plus avec l’avènement d’internet, de nouveaux canaux 100% digitaux sont apparus, le référencement naturel des moteurs de recherche, tout comme l’utilisation massive de plateformes sociales où il était possible de toucher une audience spécifique.

Le numérique a aussi apporté en bonus des outils permettant d’automatiser des actions marketing en fonction de scénarios pour optimiser les funnels de conversion et le parcours utilisateur ou client dans son ensemble.
En somme, le digital a fourni un nouveau terrain de jeux au marketing : Internet. Mais aussi a fourni des outils permettant de tracker et d’automatiser.
La marketing digital comme on le connaît aujourd’hui, ne s’arrête ainsi surtout pas à l’acquisition mais suit et optimise chaque étape du parcours client, des étapes modélisées dans un framework que j’utilise tous les jours.

AARRR : le framework indispensable pour le marketing digital

Comme il est question de marketing digital, ne comptez pas sur moi pour parler que d’acquisition sur internet, ce serait une grosse erreur.
Nous avons à notre disposition une multitude d’outils analytiques pour tracker et étudions le parcours complet de chaque utilisateur ou client.
Nous voulons in fine, augmenter le revenue de l’activité. Pour ce faire un framework marketing permet de formaliser chaque étape du parcours client entre son acquisition et son effet sur le revenu final. Ce framework est AARRR, pour Acquisiton, Activation, Retention, Recommandation, Revenue.
Un framework établit par Dave Mc Clure, en 2007

Pour en savoir plus sur le framework AARRR, je vous explique en détail pourquoi l’utiliser et comment l’appliquer à votre activité pour faire augmenter votre revenue, c’est par là.

J’ai aussi consacré un épisode de « No Bullshit Marketing » à ce framework 🙂

Un Product market fit comme prémisse

Il y a pourtant une chose à faire avant de commencer toute action marketing ni même d’établir une stratégie marketing. Vous devez avoir un Product Market Fit.
Qu’est-ce que c’est que ça vous allez me dire ? Et bien le Product Market Fit, c’est quand un produit (ou service) rencontre un marché spécifique avec le bon message adapté.
Il y donc 3 variables : le produit, le message, le marché, et il faut travailler sur chacune de ces variables, l’une après l’autre c’est important, jusqu’à obtenir ce fit.
Sans Product Market Fit, il est complètement inutile de commencer à faire du marketing digital, c’est donc important de maîtriser cette notion.

Avant d’être en phase de « Product Market Fit », les seules actions de marketing digital que vous pouvez réaliser consistent à créer des flux constants de leads ou d’utilisateur vers le produit (ou service), afin de pouvoir tester ce qui marche et ce qui ne marche pas.

Le point principal sera donc de pouvoir déterminer si vous avez atteint le Product Market Fit ou non.
Ceux qui veulent avoir l’air malin vous diront la phrase suivante « Si tu te demandes si on a un Product Market Fit, c’est que tu n’en as surement pas… » mais en fait il y a bien des moyens de savoir où vous en êtes.

Je vous parle plus en détail du Product Market Fit ici, et comment faire pour savoir si vous l’avez atteint ou pas.

Le SEO

Le SEO (pour Search Engine Optimisation) ou référencement naturel, est un des canaux d’acquisition les plus prisés par les entrepreneurs.

Le but est de positionner son site dans les premiers résultats des moteurs de recherche, et contrairement ou SEA, de façon totalement naturelle.
Grâce à ce traffic entrant sur vos pages, votre visibilité est accrue et vous avez la possibilité de toucher vos clients potentiels de façon durable.
Pour ce faire, il suffirait d’appliquer les bonnes pratiques et règles recommandées par les moteurs de recherche comme Google.

Jusqu’ici cela semble donc un canal d’acquisition rêvé pour tout business. Seulement il y a 3 problèmes majeurs :

  • D’abord les entrepreneurs ont tendance à croire qu’il s’agit d’un canal d’acquisition gratuit, alors qu’en réalité cela demande énormément de ressources.
  • Aussi le SEO étant de la rétro-ingénierie, personne ne sait de façon exacte la marche à suivre pour bien référencer ces pages.
  • Enfin, pour avoir les premiers résultats en référencement il faut attendre au moins 6 mois. Autant dire que le SEO n’est peut être pas un canal idéal pour les startups qui débutent ou les boites qui n’ont pas une visibilité de plus de 6 mois.

Je vous explique tout ce qu’il faut savoir sur le SEO d’après mon expérience personnelle et mes expérimentations dans ce guide du référencement naturel.

Le Social Media Marketing

Pour avoir un Product/Market Fit, il faut donc que votre produit trouve son audience cible grâce à un message spécifique.
Mais où trouver cette audience pour lui adresser son message ?
L’ère du numérique offre un outil inédit pour le marketing digital tant sa puissance de ciblage et de diffusion est impressionnante : le réseau social.
Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, Snapchat, YouTube, Pinterest, WhatsApp, etc…
Si vous lisez ce guide vous êtes très certainement déjà convaincu de la possibilité de trouver un peu n’importe quel audience cible sur un de ces réseaux.
Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus, voici une étude de l’agence Tiz donnant les chiffres d’utilisateurs actifs par mois, que ce soit en France ou dans le monde.

social media marketing utilisateurs actifs

En partant du principe, que l’on peut donc trouver sur les réseaux sociaux les audiences cibles de presque tous les business.
Reste à savoir quelles actions marketing nous allons faire sur ces réseaux sociaux, que va-t-on raconter ?
En partant des Content Pillars de sa stratégie de contenu globale, on développera une stratégie de contenu Social Media adaptée et respectant les contraintes de design de chaque réseaux. Ceci consistuera la base de l’activité, couplé à la publicité sur ces mêmes réseaux.
Je ne distingue donc pas la publicité de la partie community management, ils font pour moi parti d’une même stratégie, l’un à une portée organique et pas l’autre.

On parle de tout ça plus en détails dans le guide du Social Media Marketing  🙂

Le Growth Hacking

Le Growth Hacking est souvent associé au marketing digital alors qu’en réalité il s’agit plus d’une discipline transverse regroupant effectivement le digital marketing, mais aussi la partie « produit », le développement, etc…

En sommes toutes les strates de votre activité pouvant influer sur l’expérience utilisateur de votre client ou utilisateur.

Le Growth Hacking, c’est ce « buzzword » lié à l’univers des startups, qui est souvent évoqué comme une solution à tous les problèmes, et qui permettrait d’amener de la croissance et un succès certain même aux produits les plus nuls.

Bien entendu ce n’est pas le cas, le Growth Hacking malgré sa « hype » souffre, il est victime d’une méconnaissance courante de ce qu’il est réellement, et beaucoup de contrevérités son racontées à son sujet.
Il ne s’agit pas de techniques de sioux, ou de hackers pour détourner du traffic gratuit vers votre produit, que les growthhackers découvrent grâce à leur talent.